Florence : l'art et la manière

Après les longues années de peste et de doute où s’engloutit le Moyen-Âge, c’est de Florence que vint le salut. Philosophie, science, peinture, sculpture, architecture, musique, tout ce qui avait fait l’Homme humain connut un nouveau printemps dans cette orgueilleuse République, capitale des arts, à une époque où les banquiers savaient encore investir dans le Beau.

« Et les fruits ont passé la promesse des fleurs ».

Puis l’esprit d’émulation s’est emparé des cités satellites, vassales ou rivales, Pise, Sienne, Lucques, Arezzo, San Gimignano… faisant de la Toscane le bain de Jouvence d’où sont éclos les Temps Modernes. Encore aujourd’hui, le visiteur le plus blasé, le plus désabusé, part se ressourcer à Florence. Il y renaît à lui-même, dans l’ivresse de l’élégance, dans l’évidence de l’esprit.

B.C.B.